Plus d'informations sur HandsAway :

LES VIOLENCES SEXISTES ET/OU SEXUELLES

HandsAway vous présente une nouvelle série de vidéos expliquant ce qu'on entend par "violences sexistes ou sexuelles"aka VSS. Quelles sont les différents types de VSS ? Comment sont-elles punies par la loi ? 

 

En France, on peut catégoriser les VSS dans une pyramide à 7 étages, cette liste n'étant pas exhaustive, d'autres VSS comme les féminicides, cyber-harcèlement, etc... peuvent rejoindre cette pyramide.

 

En fonction de leur gravité, ces infractions sont classées en trois catégories.

 

Découvrez toutes les vidéos ci dessous ainsi que vos droits ici 

 

Un immense merci à Shana, co-fondatrice de Crazy Train Films, pour la réalisation de ces vidéos !

 

Victime ou témoin de violences sexistes et/ou sexuelles : appelez le 3919 (numéro gratuit et anonyme 7j/7)

Les types de VSS
Outrage sexiste
Exhibition sexuelle
Harcèlement sexuel
Les violences
Atteinte sexuelle
L'agression sexuelle
Le viol

RAPPORTS D'activités

ENQUETE SUR LES AGRESSIONS SEXISTES ET SEXUELLES

?

questions frequentes

Qu'est-ce que c'est Handsaway? D'où est venue l'idée de créer une telle application ?

Le projet HandsAway débute en 2016. Alma Guirao est victime d’une énième agression sexuelle dans le métro (un homme sort son sexe dans un métro bondé, personne ne réagit). C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Elle commence à discuter avec ses amies,

puis des amies d’amies, et se rend compte que toutes les femmes qu’elle rencontre ont une histoire similaire d’agression sexuelle à raconter.

Elle décide alors de réagir et lance la plateforme HandsAway afin que les citoyen.ne.s puissent s’alerter entre elles/eux lors d’agressions sexistes ou sexuelles et de pouvoir dire aux personnes aux alentours de faire attention. D’abord un cri de colère de femme, cette application devient rapidement un outil citoyen solidaire et bienveillant.

L’idée est de permettre aux citoyen.ne.s de s’alerter; de témoigner en libérant la parole (l’application a été lancée avant #MeToo, et était donc pionnière dans cette démarche) et de s’engager à leur échelle, en soutenant les victimes de ces agressions sur une plateforme solidaire. L’objectif était également de collecter des données, car si aujourd’hui on parle énormément de “harcèlement de rue”, nous n’avons pas ou très peu de données sur le sujet (alors que nous en avons sur les agressions sexuelles ou les viols par exemple).

 

En janvier 2018, par soucis de cohérence entre le message et ses valeurs, HandsAway devient également une association de lutte contre les agressions sexistes et sexuelles dans l’espace public et les transports.

Handsaway fonctionne comment? Qui peut s’inscrire sur la plateforme ?

L’application HandsAway est gratuite et disponible sous IOS et Android. Tou.te.s les citoyen.ne.s peuvent s’enregistrer sur la plateforme et venir en aide aux victimes d’agressions sexistes et sexuelles. L’équipe d’HandsAway veille au respect des règles et de

la souffrance des victimes.

Lorsque l’on se connecte sur l’application, on peut lancer une alerte, qui est géolocalisée surune carte. Lorsque l’on lance cette alerte, on répond très rapidement à quelques questions afin de caractériser l’alerte : est-on un témoin ou une victime; est-ce une agression physique ou verbale; l’agression a-t-elle lieu dans la rue ou dans les transports en commun.

Les utilisateurs de l’application proches géographiquement de la localisation de l’alerte reçoivent une notification sur leur téléphone pour les avertir qu’une agression a lieu près d’eux. Ils peuvent alors ouvrir l’application et réagir en fonction de la situation.

L’idée n’est pas de créer des “justiciers de la rue” ou de remplacer les forces de l’ordre ou les associations dans leur travail, mais plutôt de créer un réseau solidaire bienveillant entre citoyen.ne.s qui se sentent concerné.e.s par une cause commune.

 

Réactions “classiques” :

- est-ce que ça va ?

- Est-ce que tu as besoin que je vienne / te raccompagne ?

- Est ce que tu as besoin de parler ?

- Si tu vas repasser sur le lieu de ton agression, veux-tu que je t’accompagne ?

- As-tu besoin d’aide pour porter plainte ?

- Je connais telle association/structure, elle pourrait t’aider à propos de...

Quel est le but de l’application ?

L’application est basée sur 3 fondements :

- le respect de l’anonymat

- l’opportunité d’un exutoire

- l’acte citoyen qu’il incarne

Les objectifs de l’application sont multiples :

- Permettre aux citoyens une plateforme d’écoute et de solidarité pour lutter contre les agressions sexistes et sexuelles.

- Offrir aux victimes une sorte “d’exutoire” : il est parfois plus facile de se confier auprès d’inconnus, qui plus est quand on a la certitude que ces personnes sont là pour vous entourer et vous aider.

- Permettre de sensibiliser au harcèlement de rue et lever l’omerta qui pèse sur ces agressions : en voyant les alertes qui tous les jours sont lancées sur l’application, on ne peut plus ignorer ou minimiser le phénomène;

- Permettre à chaque citoyen.ne de s’engager à son échelle pour se mobiliser contre le harcèlement de rue. Le fait de témoigner dès que possible permet de faire prendre conscience de l’ampleur de ce fléau et d’appuyer la mobilisation des associations pour faire réagir les pouvoirs publics.

- Collecter de la data afin de mieux connaître le harcèlement de rue. On en parle énormément, mais nous n’avons pour l’instant que très peu de données sur le sujet. Le but est par la suite d’utiliser ces données pour mobiliser les pouvoirs publics et développer des actions concrètes de lutte contre ces agressions. 

 

Le harcèlement de rue est-il très fréquent en France ? Peut-on entamer une démarche juridique après ou y a-t-il une punition pour le harceleur en cas de dénonciation auprès de la police ?

Une grosse prise de conscience des transporteurs et autorités publiques a eu lieu et ont souhaité se rapprocher d’associations et notamment d’HandsAway. 

Le harcèlement de rue est très fréquent en France. En 2017, un sondage du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes administré auprès des utilisatrices des transports en commun en île de France a montré que 100% d’entre elles ont déjà vécu une agression sexiste ou sexuelle. En 2015, une étude de l’association Hollaback ! montre que 76% des françaises ont déjà été suivies dans la rue et que 82% des françaises ont été victimes de harcèlement de rue avant leurs 17 ans. Enfin, une enquête de la Fondation Jean-Jaurès sortie en novembre 2018 montre que 86% des françaises ont été victimes d’au moins une forme d’atteinte ou d’agression sexuelle dans la rue.

En ce qui concerne la loi, les agressions sexuelles et les viols ou tentatives de viol sont punies depuis très longtemps en France, tout comme le harcèlement sexuel ou sexiste.

Cependant, pour qu’il y ait « harcèlement », il devait y avoir « répétition » des faits, ce qui était parfois compliqué à prouver.

Depuis la loi du 03 août 2018, toutes les remarques, injures et blagues à caractère sexiste sont punies par la loi, sans qu’il n’y ait besoin de répétition. C’est ce qu’on nomme “l’injure d’outrage sexiste”.

Que ce soit du harcèlement, un outrage sexiste ou une agression sexuelle, ce sont des infractions, c’est-à–dire une violation d’une loi de l’état. En fonction de leur gravité, ces infractions sont classées en trois catégories :

● Les contraventions (outrage sexiste)

● Les délits (les agressions sexuelles, dont le harcèlement sexuel, l’exhibition sexuelle,

le voyeurisme)

● Les crimes (viol)

L’auteur présumé d’une agression sexiste ou sexuelle peut donc être condamné à une

amende et/ou une peine d’emprisonnement par un Tribunal. Par exemple :

● En cas d’outrage sexiste, la peine prévue est une contravention de quatrième classe (750 euros maximum).

● En cas de circonstances aggravantes (mineur, déficience physique ou psychique de la victime, abus d’autorité etc), on passe à une amende de cinquième classe (1500 ou 3000 euros).

● Une agression sexuelle (autre que le viol) concerne tout acte sexuel (attouchements, caresses…) commis avec violence, contrainte, menace ou surprise. La peine encourue est de 5 ans et de 75 000 € d’amende, et peut être augmentée jusqu’à 7 ou 10 ans lors d’une ou plusieurs circonstances aggravantes.

Environ combien d'alertes s'affichent par jour? Avez-vous jamais contacté personnellement les victimes ou les harceleurs ?

Nous avons environ 50 alertes par mois. Il nous est déjà arrivé de contacter personnellement les victimes, quand leurs alertes et / ou messages étaient très inquiétants et qu’elles ne répondent plus. Nous sommes en revanche incapables de contacter les harceleurs, car nous n’avons aucun moyen de le faire.

Quels chiffres pouvez-vous nous communiquer sur l’application ?

Nous avons actuellement plus de 110 000 utilisateur-rices et 2500 alertes postées depuis le lancement de l’application en octobre 2016. Plus de 5000 commentaires ont également été postés sous les alertes depuis le début.

Les statistiques sont les suivantes :

- 55% des alertes sont lancées par des victimes, 45% par des témoins

- 68% des agressions sont verbales, 32% sont physiques

- 64% des agressions reportées ont eu lieu dans la rue, contre 36% dans les transports

Visez-vous à amplifier ou modifier votre application ? / Quelle est votre stratégie à long-terme ?

Nous sommes justement en train de réfléchir aux fonctionnalités que nous souhaitons développer pour l’application. Nous sommes justement en train d’administrer un sondage pour mieux comprendre les attentes et besoins des citoyen.ne.s à propos des agressions

sexistes et sexuelles.

Notre rêve serait d’utiliser notre expertise et nos retours d’expériences pour développer le même type d’outils dans le monde entier ! Notre stratégie à long-terme est de développer des outils numériques pour les citoyen.ne.s souhaitant lutter contre les agressions sexistes

et sexuelles.

 

Quels sont vos projets à long-terme ?

Nous avons différents projets:

- Nous allons développer de nouvelles fonctionnalités pour l’application afin de mieux accompagner les victimes d’agressions sexistes et sexuelles, et donner plus d’outils et d’informations aux citoyen.ne.s qui luttent contre ces agressions. Nous souhaitons notamment recenser sur la carte toutes les structure concernées par la lutte contre les agressions sexistes et sexuelles, comme les associations, les hôpitaux ou les commissariats de police.

- Nous avons donc une grande mission “éducative” des citoyens et des pouvoirs publics afin de leur faire prendre conscience de l’ampleur et des conséquences du harcèlement de rue. Nous souhaitons sensibiliser tous les citoyen.ne.s et lever

l’omerta qui pèse sur ces agressions

- Nous souhaitons développer nos partenariats et construire une réseau fort d’experts dans la lutte contre ces agressions

- Nous souhaitons développer nos interventions de sensibilisation en entreprises et auprès des collégien.ne.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s

- Nous mettons en place un programme de bénévolat pour toutes les personnes qui souhaitent s’engager à nos côtés !

 

Que faites-vous des données collectées ?

Nos données sont stockées sur un serveur sécurisé. Nous les analysons par la suite, en garantissant bien sûr l’anonymat des personnes.

 

Est-ce seulement pour les femmes ? / Y a-t-il des hommes qui utilisent l’application ?

C’est évidemment pour les hommes et les femmes ! Les hommes peuvent utiliser l’application en tant que témoins, ou pour apporter leur soutien aux victimes. Nous avons également eu des alertes lors d’agressions homophobes. Nous avons environ 30% d’hommes sur l’application.

 

Géolocalisez-vous les gens ?

Non, nous ne géolocalisons que les alertes. Ces alertes restent 48h sur la carte, afin de ne pas devenir anxiogène et d’éviter toute conclusion hâtive ou récupération politique.

Mentions légales :
HandsAway 
Présidente : Alma Guirao 
10 rue Colette Magny, 75019 Paris
Contact : contact@handsaway.fr
Numéro Siret : 838 883 130 00018
CGU

Victime ou témoin : 

39190 800 059 595 et le 119. 
SMS au 114 ou tchats en lignes.
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • YouTube - Gris Cercle
  • Grey LinkedIn Icon
  • Grey Instagram Icon